Le parcours de la Transat Jacques-Vabre

Le parcours de la Transat Jacques-Vabre

2 mai 2019 navigation et voile 0

Christophe Bejach, passionné de voile sportive, retrace avec nous le parcours de la Transat Jacques-Vabre.

La Transat Jacques-Vabre est un concentré de difficultés, à commencer par la traversée de la Manche. Ces eaux concentrent 20 % du trafic maritime mondial. Les skippers devront donc ouvrir l’oeil pour éviter les collisions avec les ferries, les pétroliers, et les autres cargos. Une fois la pointe de Bretagne passée, ils pénètrent dans le Golfe de Gascogne.

La traversée du Golfe de Gascogne

Ici, tout dépend de la météo. Si elle est défavorable, ce qui est très fréquent en octobre-novembre, lorsque se court la transat, les skippers devront affronter des dépressions avec des vagues pouvant atteindre dix mètres de hauteur. C’est lors de cette traversée que le risque de casse est le plus important. Pour les plus aguerris, une fois le Golfe franchi, la partie d’échec commence vraiment.

Les navigateurs doivent choisir la meilleure route pour profiter au mieux des vents générés par l’anticyclone des Açores puis des Alizés du Nord-Est. Ces vents constants et réguliers les porteront jusqu’à l’Équateur. L’objectif est d’aborder dans la meilleure position, le redouté Pot-au-Noir.

La traversée du Pot-au-Noir

Passage crucial dans la Transat Jacques-Vabre, cette zone est le point convergent des Alizés. Il y règne donc une forte humidité et les vents sont a la fois faibles et très changeants. En effet, il est possible de passer d’un orage violent au calme le plus plat en quelques minutes seulement.

Selon, Christophe Bejach, Les premiers à sortir de cette zone et à franchir l’Équateur pourront bénéficier des Alizés du Sud-Est pour sprinter le long des côtes brésiliennes afin d’arriver après 8000 km et deux semaines de course dans la magnifique baie de Salvador de Bahia.