Comment font les voiliers pour remonter face au vent ?

Comment font les voiliers pour remonter face au vent ?

2 octobre 2019 navigation et voile 0
Bateau à voilier

Christophe Bejach, passionné par la voile sportive, nous explique comment les voiliers de course et les skippers font pour remonter face au vent.

Quand on parle de remonter le vent, c’est un abus de langage. En effet, aucun voilier ne peut naviguer face au vent (vent debout). Pour ce faire, il faut s’écarter de l’axe du vent, naviguer au près et ensuite louvoyer, c’est-à-dire avancer en zigzag en virant de bord. 

Les étapes de cette manœuvre

  1. Choquer la grand-voile : cela évite que le bateau ne se retrouve sur la tranche.
  2. Transférer les ballasts : ce sont des réservoirs d’eau qui servent, comme la quille, à compenser la gigue du voilier. Avant de virer de bord, il faut penser à transférer l’eau de l’autre côté du bateau pour profiter de la gravité.
  3. Le matossage : transférer le traîneau qui contient tout le matériel du skipper (environ 250 kg), les voiles et le satellite du même côté que les ballasts. Le bateau penche encore plus, mais ce n’est que provisoire, car une fois viré de bord, il penchera dans l’autre sens et tout le poids sera correctement réparti.
  4. Redescendre le safran : les voiliers de course possèdent deux safrans inclinés pour diriger le bateau. De cette manière, quand le bateau gîte, le safran qui se retrouve dans l’eau est parfaitement vertical et pleinement opérationnel. Le second est relevé par le skipper pour éviter les frottements inutiles.
  5. Descendre la dérive au vent : cette étape est effectuée vers la fin pour éviter de ralentir le bateau.
  6. Relâcher la quille : en actionnant un bouton, le skipper replace la quille au milieu du bateau.
  7. Virer avec le pilote automatique : début du virement de bord.
  8. Choquer la grand-voile : cette manœuvre permet de continuer à tourner.
  9. Border la grand-voile : le skipper règle la grand-voile pour aller le plus vite possible.